Envie de projet #2, smartwatches !

Ingénieur logiciel, chef de projet technique, consultant en stratégie numérique de l’ombre depuis plus de 10 ans je travaille constamment sur plusieurs projets en parallèle.
Expérimenté dans plusieurs domaines, je cherche à trouver des projets expérimentaux pour m’aguerrir sur des technos différentes.
Chaque semaine, je vous présenterai une nouvelle envie.

Deuxième semaine, et malgré les nombreuses propositions qui m’ont été faites il me reste quelques envies à combler : cette semaine, je vous parlerai de montres.

Pour commencer, la montre est aujourd’hui un peu LE symbole de l’objet connecté qui déchaîne les passions : il y a ceux qui y voient la dernière arme en date des sociétés capitalistes tentaculaires destiné à exploiter nos pauvres petits cerveaux et à nous imposer quelque chose dont on n’a absolument pas besoin ; en général ce sont les mêmes ou les héritiers de ceux qui on successivement dénigré – dans le désordre et pour ne citer que les dernières merdes diaboliques en date – les voitures pleines d’électronique qu’on ne peut pas réparer soi-même alors qu’il était si simple de tourner la manivelle pour ouvrir le carreau ou la clé pour démarrer, les écrans plats qui font ridicule sur le meuble mastoc du salon, les téléphones « cellulaires » alors qu’il y a une cabine téléphonique juste au coin de la rue, internet sur les ordinateurs alors que le minitel – l’exception technologique française, excusez du peu – est tellement pratique.

Je force un peu le trait et je m’en amuse, mais à chacun son avis et ses craintes. Toujours est-il que je ne vois jamais « le progrès » de cette manière, et même si les restrictions ergonomiques font que je ne suis pas adepte de la montre à tout faire (même si je reste impressionné par l’Omate TrueSmart, dont j’attends d’ailleurs impatiemment la petite soeur Omate X), en ce qui me concerne – je l’ai déjà évoqué quand je parlais des Google Glass – quand je suis « en mobilité » ou embarqué dans quelque chose en dehors de mon poste de travail ça ne me dérange pas d’utiliser mon smartphone pour faire une recherche ou effectuer une tâche qui requiert toute mon attention ; mais si un mail a passé le barrage de mon paramétrage de notifications j’aime vraiment n’avoir qu’à poser le regard sur ma montre (ou à le détourner vers le coin haut droit de mon champ de vision) pour savoir si il y a urgence ou non.
Je ne sais pas si on peut appeler ça de la paresse, il y a certainement une part de ça mais aussi de convention sociale (qui n’a jamais mal pris le fait d’avoir un interlocuteur focalisé sur son smartphone).

L'incroyable Capitaine Train, qui voit juste encore une fois

L’incroyable Capitaine Train, qui voit juste encore une fois

Et je ne parle bien sûr pas que de messagerie : si je suis par exemple dans un train et contrôlé alors que je suis en plein dans quelque chose (comme par exemple un rapport ou une sieste), j’aime avoir quelques gestes à faire pour retrouver le e-billet que Capitaine Train m’a gentiment envoyé.
Je ne suis bien sûr pas le seul puisque IDTGV a annoncé tout récemment suivre le mouvement en misant également sur Android Wear, mais aussi de manière surprenante (pour moi) sur la Samsung Gear sous Tizen plutôt que sur la Pebble : les codes Aztec utilisés ne sont peut-être pas suffisamment lisibles sur l’écran 144×168 de la Pebble ?
Pour résumer, en tant qu’utilisateur de ces produits, pour moi le vrai intérêt se résume en deux mots : notification (contrôlée) et contextualisation, et je ne me focalise pas sur ce qui existe aujourd’hui mais sur le potentiel entre les mains des concepteurs et des développeurs.

Bien sûr comme on a pu aussi le voir dans la présentation d’Android Wear lors de Google|IO on peut aussi commander une Pizza avec sa montre, mais je ne suis pas complètement certain que ça soit le point fort (à moins que le bouton « commander une pizza » soit mis en valeur quand on a envie d’une pizza – contextualisation – mais je crois que ça ferait un peu peur).
Par contre à l’opposé l’aspect santé qui émerge depuis Android Wear (et son application Fit), et sera à coup sûr intégré à l’Apple Watch (et son application Health/Santé) confère un incroyable potentiel de détection de pépins qui risque de surprendre à l’avenir (où ai-je lu qu’un contrôle régulier pourrait mettre à jour un nombre énorme de problèmes cardiaques insoupçonnés ?)

Si on ajoute à cela la possibilité de paiement sans contact plus que pressentie pour l’Apple Watch avec ApplePay et déjà effective sur Pebble avec Paypal, l’extension des possibilités de personnalisation des « WatchFaces » sur Android Wear avec la sortie de la nouvelle version d’Android Lolipop et des montres elles-mêmes (cf les versions d’AppleWatch ou les fuites de de Pebble sur leurs prochains modèles en vente dans quelques mois), on peut arriver en 2015 à un marché plutôt ouvert au grand public.
SmartWatches1
Pour conclure je m’amuse bien aujourd’hui avec tout ça, et j’attends avec impatience un vrai projet ambitieux permettant d’exploiter au maximum les possibilités de ces montres ! D’autant qu’il ne faudra pas traîner puisque le sortie de l’Apple Watch redonnera un coup de boost à ce marché comme c’est souvent le cas lorsqu’Apple sort une nouvelle gamme de produits, et que dans ces cas-là ils savent donner une visibilité exceptionnelle aux précurseurs, précurseurs qui sont déjà au travail puisque le SDK a été mis à disposition des développeurs la semaine dernière.